J

J. substantif.

Lettre numérale qui valoit cent.

Acception omise.

JADIS. Adverbe qui a été adjectif, et qui l'est encore dans l'expression commune : au temps jadis; ce que tous les Dictionnaires oublient.

JARNAC. M. Boiste donne ce mot pour le nom d'une espèce de petit poignard. On l'emploie aussi proverbialement dans cette phrase : le coup de Jarnac, à laquelle le fameux duel de Jarnac a probablement donné lieu, si ce n'est le meurtre de Louis le Bourbon, tué en 1569 par Montesquiou, sous les murs de la petite ville de Jarnac, et qui put passer en proverbe, comme le coup d'un assassin habile.

JEAN. Nom d'homme devenu substantif.

Jean! que dire sur Jean ? c'est un terrible nom
Que jamais n'accompagne une épithète honnête.

DESHOULIÈRES.

Les Dictionnaires ont oublié de nous instruire de cette faculté péjorative du mot jean, et de l'acception non moins commune qu'il reçoit isolément. Tout le monde sait ce que c'est qu'un jean; mais il est plus difficile de rendre raison de cette attribution de sens. Les Jeans les plus illustres de notre calendrier n'auroient pas figuré dans celui de Bussy, si je me rappelle bien la légende. Il est vrai que le peuple écrit communément jean gou, pour genou, le nom barbarement francisé d'un certain gengulphus, dont l'histoire est fort connue; mais cette étymologie est si vulgaire que j'en ai honte. Au reste, la question laisse abondante matière à conjectures, et il ne faudra pas aller loin pour trouver ailleurs un autre Jean qui fasse les honneurs de cette locution. Ce ne sera pas la peine, pour cette fois, de recouvrir au celtique.

JECTIGATION. Tressaillement du pouls, indiquant le mouvement du cerveau. BOISTE.

Cette définition peut être reçue; mais, puisqu'on recueille des termes de médecine, il ne faut pas négliger les diverses acceptions qu'ils ont pu recevoir des maîtres de la science, fussent-elles aujourd'hui en désuétude.

Van Helmont définit la jectigation une espèce d'épilepsie, et Sennert une simple jactation; ce qui n'a aucun rapport avec le tressaillement du pouls.

JETONIER. Académicien qui n'alloit à l'Académie que pour recevoir ses jetons d'argent. BOISTE.

Académicien exact et laborieux, qui assistoit régulièrement à l'Académie, et qui y recevoit par conséquent très-justement les jetons qui lui étoient attribués. Cette qualification dérisoire, cette définition insultante, sont de la façon des académiciens musqués qui méprisoient beaucoup le travail, et beaucoup plus la pauvreté. Où ne se glisseront pas la sotte vanité des distinctions sociales, la morgue impertinente de la richesse, et le persifflage indécent du mauvais esprit, si les académiciens n'en sont pas exempts? Il semble que là, par exception, devroit régner cette sublime égalité qui, pour le reste de la société, ne sera jamais qu'une chimère; et on est presque mortifié, pour l'honneur de l'espèce, d'y trouver les hommes tout aussi petits qu'ailleurs.

Observons seulement, en passant, que tous les écrits qui ont honoré l'Académie françoise sont sortis de la plume des jetoniers; et que les académiciens de fortune ou de naissance auroient couvert cette société de ridicule, si les autres ne l'avoient couverte de gloire.

JONCHETS. Petits bâtons menus..... avec lesquels on joue. Il falloit ajouter :

1 Qu'ils sont ordinairement d'os ou d'ivoire.

2 Que leur nom vient conséquemment d'oscilium, diminutif d'os.

3 Que d'oscilium on a fait naturellement onchet et pas jonchet;

4 Que ce nom d'onchet est le seul françois et le seul usité, quoiqu'il ne se trouve pas dans le Dictionnaire.

JOUR. Tout le monde ne connoît pas la bizarre et cependant certaine étymologie de ce mot. Il vient de dies, par diurnus, qui a donné aux Italiens giorno; et, comme alfana, il a beaucoup changé sur la route.

Inutilité curieuse.