Site personnel d'Éric Guichard

Site historique de l'équipe Réseaux, Savoirs & Territoires (Ens-Ulm)

logo AI

Actus | Articles et textes de référence | Cours et séminaires | L'équipe | Le RAIL | Outils | Art, débats et expériences | Diapos | Archives

Séminaire de Jean Dhombres
Directeur d'études à l'Ehess

Mise en récits opposés des découvertes scientifiques

Jeudi de 17 h à 19 h 30 (ENS, Lyon), environ une fois par mois à partir du jeudi 21 octobre 2021.

Lieu: Ens de Lyon. L'accès aux salles de chaque conférence est précisé en fin de document.

Renseignements généraux

Les conférences sont ouvertes à tous les publics. Pour plus d'information, adresser un courriel à:
  • Jean point Dhombres at cnrs point fr ou à Jean point Dhombres at ehess point fr
  • Eric point Guichard at ens-lyon point fr

Séminaire de l'École des Hautes études en sciences sociales (Ehess).
Avec le soutien de l'IXXI et du laboratoire Triangle.

Argument

Les découvreurs ne sont pas avares, en général, de récits sur leurs performances, bien disposés à en dire les circonstances, les aléas et plus encore les causes, voire les embûches et les obstacles. Du moins selon ce qu'ils estiment avoir vécu.

À ces récits, historiens et épistémologues ajoutent les leurs qui tiennent au dépouillement des archives, et aussi bien à l"insertion des exploits dans les contextes intellectuels et socio-politiques. Ce qui fournit un tissu serré de commentaires, d'anecdotes, et de légendes aussi, qui n'en fait pas moins cette toile de fond de la culture scientifique et une richesse d'ordre anthropologique.

Un propos de Bachelard, qui corrige sa position dans l'ordre de la connaissance scientifique à la fois très empiriste et teintée de psychanalyse, excite la réflexion pour qui cherche à décrire l'acte de trouver: le vrai d'une théorie serait ce qui aurait dû être pensé en premier mais ne l'a pas été, et n?est donc obtenu qu'après remise en chantier.

Bachelard s'inscrit ainsi de façon originale dans une lignée pour laquelle la découverte est un chemin nécessairement pavé d'erreurs et de retours, et une conséquence souvent prise par les pédagogues que sont aussi les scientifiques est de se libérer de ces actes d'enfantement. Du coup, le récit de l'épistémologue ne s'ouvre souvent à la question du collectif de recherche que par les seuls blocages tenant à la pensée commune, faisant les récits de Galilée par exemple.

Au contraire, Ludwig Fleck dans un texte de 1935 devenu aujourd'hui culte assure qu?il n"existe pas de découverte isolée, et nourrit en un sens les récits de Newton et Leibniz, jusque dans leurs querelles de priorité.

À partir de ces exemples déjà opposés d'interprétation, j'entends au cours de ces neuf séances mensuelles, mettre en place une typologie de récits de découvertes en les constituant en genres épistémologiques, et en jouant sur des oppositions binaires prises chaque fois sur des cas concrets. Je n'ai choisi que des exemples dans le domaine des sciences physico-mathématiques.

  1. Jeudi 21 octobre 2021, 17h00-19h30. Récits de la réussite (salle 117).

    • Pythagore et le sacrifice aux muses pour l'obtention du théorème de Pythagore: la façon dont on a commenté cette affaire.
    • D"Alembert et les cordes vibrantes, avec le récit de l'impossibilité mathématique de pouvoir tout décrire.
    • Gödel et la limitation intrinsèque des systèmes axiomatiques: les récits d'épistémologues à ce propos.

  2. Jeudi 25 novembre 2021. Le récit de sérendipité / Le récit de l'acharnement. Evangelista Torricelli et Roberval sur l'aire d'une arche de cycloïde et sa longueur (salle Condorcet).

    Torricelli dit explicitement en 1644 qu"il est venu par hasard, mais non par chance, à trouver l'aire d'une arche de cycloïde, tout simplement parce qu'il avait réfléchi sur la méthode des indivisibles de Cavalieri, explicitée moins de dix ans plus tôt.

    Roberval l"avait trouvée quelques années plus tôt mais au terme d"une recherche acharnée, motivé par la volonté d'utiliser «les analytiques». Lorsqu'on annoncera en 1658 que Wren a pu trouver la longueur d'un arc de la courbe, Roberval pourvoit une jolie preuve qu'il aurait pu établir dès 1638.

    Torricelli tient le récit d'une simplicité; Roberval celui du travail méthodique dans la direction d'un calcul.

  3. Jeudi 9 décembre 2021. Le récit refusant l'empirisme / Le récit expérimental (salle Condorcet).

    Je pars de deux récits que je veux analyser. Pierre Bouguer invente (1746) la stabilité des vaisseaux en escaladant les montagnes du Pérou pour mesurer la longueur du degré de méridien et Pierre Curie donne la loi exponentielle de désintégration radioactive (1896) sur la seule expérimentation de la demi-période.

  4. Jeudi 20 janvier 2022. Le récit d"une mise en en ordre théorique d"une pratique / Le récit d"une lignée fonctionnelle (salle Condorcet).

    Il s'agit d'opposer deux récits sur un même sujet, celui des outils pour les équations aux dérivée partielles, avec d'une part le récit des distributions de Laurent Schwartz (1944) et celui de Sobolev sur les espaces qui portent son nom.

  5. Jeudi 10 février 2022. Le récit de la recherche d'un problème / Le récit d'une déduction à partir d'un constat (salle Condorcet).

    Je cherche à opposer deux façons de dire grosso modo la même découverte qui est celle du Calcul, chez Leibniz et chez Newton, mais en regardant plus spécifiquement la notion de primitive chez l'auteur allemand et celle du binôme éponyme chez l'Anglais.

  6. Jeudi 24 mars 2022. Les récits de découverte d'une même structure dans des circonstances bien différentes (salle 117).

    • Le récit de Joseph Fourier sur la propagation de la chaleur et les modes propres (1807).
    • Le récit de John von Neumann sur la géométrisation de la mécanique quantique (1932).
    • Le récit d'Yves Meyer sur les relations d'orthogonalité des ondelettes (1986).

  7. Jeudi 28 Avril 2022. Le récit logique sur ce qui a déjà été pensé (salle Condorcet).

    J'oppose deux récits, l'un de Cauchy sur sa découverte du critère de convergence qui porte son nom (1821), et celui de Lebesgue, sur la notion de presque partout (1900).

  8. Jeudi 26 mai 2022. Le récit de tout une vie de chercheur / Le récit d'une pensée fugitive, d'abord refusée, mais vite adoptée (salle Condorcet).

    Il s'agit de comparer le récit que Galilée donne de sa découverte de la loi de la chute des corps et du mouvement parabolique (conclu en 1638), et celui de Kepler des lois suivies par les planètes.

  9. Jeudi 16 Juin 2022. Le récit de la performancer /r Le récit de l'opportunité professorale. À propos du théorème fondamental de l'algèbre chez Gauss et Laplace vers 1800 (salle 117).

    On a l'impression que c'est par le hasard d'une tache professorale à accomplir dans le moment révolutionnaire que Laplace, à 46 ans, est venu à prouver le théorème fondamental de l'algèbre. Son récit est celui d'une évidence de ce que doit devenir un enseignement des mathématiques.

    Gauss, à l'opposé, encore adolescent, utilise sa découverte pour le moins tortueuse, pour critiquer toutes les preuves antérieures, et ainsi pour dire ce que doit devenir la recherche en mathématiques.

Page créée le 22 septembre 2021, modifiée le 24 septembre 2021